La Communauté de Communes du Ternois ferme l’ensemble de ses équipements sportifs intercommunaux et ce jusqu’à nouvel ordre. Tous les cours sont annulés.

Lundi 26 octobre 2020

Lettre ouverte du Mouvement sportif français au Président de la République :

SOS : SPORT EN DETRESSE

 

Monsieur le Président de la République,

Les acteurs associatifs, bénévoles, éducateurs sportifs, dirigeants de clubs et de fédérations, ne sont pas parmi les adeptes des coups d’éclat. Ils préfèrent s’impliquer pour qu’au quotidien se dispense le respect de la règle, des autres et de soi. C’est donc le cœur lourd mais las, qu’en tant que représentants du Mouvement sportif français dans sa diversité, nous nous adressons ouvertement à vous aujourd’hui car nous sommes désemparés.

Désemparés de constater que le secteur du sport fédéré, fort de son modèle social et économique unique, porteur de valeurs essentielles au tissu social républicain, ne compte visiblement pas dans les priorités d’action de notre pays en temps de crise. Il garantit pourtant l’accès à la pratique sportive au plus grand nombre en même temps qu’il permet la détection et l’éclosion de talents issus de tous les milieux.

Depuis plusieurs mois, nous faisons tout notre possible pour nous adapter aux aléas et aux multiples applications divergentes et parfois contradictoires de la doctrine sanitaire sur le terrain. Nous avons établi les protocoles sanitaires les plus exigeants, validés par les Ministères tant des Sports que de la Santé ainsi que par le Haut Conseil de la Santé Publique et la Cellule interministérielle de crise. Nous les avons sans cesse améliorés pour tenir compte de la circulation accrue du virus. Nous les avons scrupuleusement mis en œuvre avec la force de l’engagement qui caractérise nos 3 millions de bénévoles et les professionnels qui les accompagnent, au premier rang desquels figurent nos « Covid-managers » présents dans chaque fédération et dans la plupart des clubs.

Malgré ces efforts, nos compétitions et manifestations programmées ou reprogrammées sont annulées, souvent à la dernière minute et en raison d’une application excessive et injustifiée des mesures sanitaires par les autorités locales. Nos activités sont à l’arrêt dans de nombreux territoires, y compris des zones vertes non soumises au couvre-feu. Les décisions très disparates des Préfectures et des ARS, à situations similaires, tuent le sport à petit feu. Nous déplorons déjà plus d’un quart d’adhésions en moins, au point que de nombreux clubs se demandent aujourd’hui s’ils pourront passer l’année car plus de 80% d’entre eux, seulement animés par des bénévoles, piliers du sport amateur, restent encore aujourd’hui exclus des dispositifs d’aides prévus au plan de soutien piloté par le Ministère de l’Économie.

Nous sommes désemparés aussi car, faut-il encore le rappeler, pratiquer un sport est bon pour la santé et permet de mieux résister face à l’épidémie ! La hausse de l’inactivité touche bien évidemment encore plus durement les populations déjà fragiles ; nous ne pouvons que craindre, impuissants, ses conséquences encore plus désastreuses pour la santé publique de demain. Vous comprendrez donc l’incompréhension qui est la nôtre de subir une stigmatisation aussi violente qu’infondée, car non étayée par des éléments objectifs. Comment comprendre et expliquer pourquoi d’autres activités demeurent permises, y compris dans les zones les plus touchées par l’épidémie, mais pas la pratique du sport dans des zones pourtant plus préservées ?

Nous mesurons pleinement l’ampleur de la crise que notre pays traverse et ne souhaitons pas opposer les secteurs d’activités les uns aux autres. Nous constatons pourtant, avec amertume, l’absence de prise en compte des spécificités de notre secteur par un dispositif d’accompagnement approprié. Budgétairement, nous déplorons que les quelques euros promis par-ci nous soient repris par-là, dans des tours de passe-passe indignes et humiliants.
Nous vous adressons aujourd’hui ce SOS, Monsieur le Président, afin que nous retrouvions la considération que nous pouvons espérer et l’accompagnement que nous pensons mériter.

Alors que se prépare l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, il nous semble que la priorité doit être de préserver nos capacités à nous tourner collectivement vers l’avenir. Comme vous l’avez indiqué, notre société va devoir vivre avec le virus. Nous devons donc vivre avec lui tant qu’il n’aura pas été vaincu mais nous ne voulons pas disparaître avant lui.

Comptant sur votre compréhension et votre soutien, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Le Mouvement sportif français

 

 FFME LOGO INSTIT PRINCIPAL FOND CLAIR RVB   

Bonjour, 

Pour faciliter le renouvellement de votre licence 2019/2020, la Fédération française de la montagne et de l’escalade et son assureur Allianz vous propose la notice d’information d’assurances sous un format dématérialisé.

Prenez connaissance de la notice d’information d’assurances.

La réception de ce message vaut acceptation de l’information d’assurances.

Pour les licenciés en club, vous pouvez à tout moment, demander à votre club une édition au format papier sans frais.

Les différents tarifs sont disponibles sur le site internet de la fédération, ou dans votre club.

La fédération française de la montagne et de l’escalade vous souhaite une agréable saison.

Pierre YOU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris, le 20 septembre 2019


 

Cher(e) représent(e) de club, de comité territorial ou de ligue de la FFME

La commission Projets Sportifs Fédéraux FFME, réunie le 6 juillet dernier, a attribué 579 700 € de subvention sur une demande totale de 1 461 597 €, soit l’ensemble du montant octroyé à la fédération par l’Agence Nationale du Sport pour l’année 2019. 

Chacun des organismes FFME dotés pour l’année 2019 a déjà été informé à l’issue de la réunion de la commission du montant et des modalités selon laquelle a été effectuée la dotation. Dans un souci de transparence et afin de vous permettre de préparer d’ores et déjà vos projets 2020, vous trouverez via ces liens la liste des montants attribués aux clubs, comités et ligues dans le cadre du PSF 2019 ainsi qu’un rappel des grands principes d’attribution. 

Pour rappel, la commission PSF est composée de membres représentant tous les niveaux de la fédération : du niveau national (Président, secrétaire général, trésorier et 2 vice-présidents), des ligues (2 membres), des comités territoriaux (2 membres), des clubs (4 membres), un représentant des territoires ultramarins. Le président de la commission d’éthique de la fédération a été intégré à la commission PSF.

Quels grands principes ont guidés les travaux de la commission PSF ? TOUT CE QUI SUIT CETTE QUESTION A INTEGRER EN HYPERLIEN SUR LA QUESTION (1).

Que retient la commission PSF de cette première année de fonctionnement ? TOUT CE QUI SUIT CETTE QUESTION A INTEGRER EN HYPERLIEN SUR LA QUESTION (2).

Toute demande d’informations complémentaires est à effectuer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


(1)
Le respect des exigences de l’Agence Nationale du Sport :

  • Les Projets Sportifs Fédéraux doivent contribuer au développement des pratiques et à l’augmentation du nombre de licenciés ; 
  • La proportion des montants attribués aux clubs par rapport aux autres structures (Ligues et CT) doit se rapprocher de 50% du montant attribué à la fédération ;
  • Les territoires ultramarins font l’objet d’une attention en conservant un montant de subventionnement équivalent voire en augmentation ; 
  • Le montant minimum de subvention attribué s’élève à 1 500 €, à l’exception des territoires « ruraux » avec un minimum de 1 000 €. 

Des règles définies par la commission PSF FFME :

  • Les subventions sont attribuées en fonction de projets sportifs qui s’inscrivent effectivement dans le Projet Sportif Fédéral tel que défini lors de l’AG 2017, intégrant les objectifs et résultats attendus. En conséquence, n’ont pas été retenus par la commission PSF :
    • Les projets liés au budget de fonctionnement classique d’un club, d’un comité, ou d’une ligue ;
    • L’achat de matériel qui ne s’inscrivait pas dans un projet de développement plus général ;
    • Les actions à destination des non licenciés et ne visant pas l’intégration dans un club ;
    • Les prestations de service effectuées par un club au bénéfice de non licenciés et/ou de structures extérieures…
    • Les clubs demandeurs ont l’obligation d’avoir signé le contrat club avec la fédération pour bénéficier d’une subvention PSF. 
  • Les projets éligibles dans le cadre d’autres plans de développement fédéraux (PNSAE, PST, Bourses SNE...) n’ont pas été retenus au titre des Projets Sportifs Fédéraux :
  • Un classement des projets a été effectué par attribution de notes. Les différents projets ont été évalués sur la base des critères définis par la commission : cohérence du projet au regard des Projets Sportifs Fédéraux, incidences sur le développement et/ou la structuration en termes qualitatif et quantitatif, augmentation des publics cibles en cohérence avec le projet, implication de la structure dans le Projet Sportif Fédéral. Les projets ayant obtenu des notes en dessous de la moyenne, n’ont pas obtenu de subvention. À partir des projets ayant obtenu la moyenne, les subventions minimales ont été octroyées (1 500 € ou 1 000 €) avec bonification pour les bons et excellents projets.
  • Pour les comités et ligues, en 2018, la répartition des subventions CNDS sur l’ensemble du territoire métropolitain avait montré des inégalités non justifiées au regard de la mise en œuvre de la politique sportive fédérale : certains comités ou ligues étaient particulièrement dotés, d’autres beaucoup plus chichement. En 2019, sous réserve de projets cohérents et en fonction de la qualité des projets, la commission a attribué a minima, aux ligues et comités de 50% à 100% des montants attribués par le CNDS en 2018. Pour certains projets excellents, les montants globaux de subvention attribués sont même supérieurs à ceux de 2018. Enfin, un comité subventionné en 2018, au projet trop limité, n’obtient aucune subvention. Cette mesure d’attribution sécurisant un minimum de pourcentage attribué restera transitoire. Dès 2020, comités et ligues seront évalués strictement en fonction de la qualité de leur(s) projet(s).
  • Deux autres principes à rappeler néanmoins : 
    • Il est impossible d’attribuer une subvention supérieure à la demande effectuée ;
    • Certains budgets présentés sollicitent une subvention à hauteur du coût total du projet : la commission a souhaité que les projets ne soient pas subventionnés à hauteur de 100%.


(2)

  • L’ensemble des demandes s’élevait à 1 461 597 € pour 579 700 € à attribuer. Dans le cadre des grands principes fixés par l’Agence Nationale du Sport, la commission s’est vue confrontée à la définition de règles d’attribution devant intégrer l’ensemble des paramètres du développement fédéral et des choix complexes. 
  • Des clubs, des comités, et des ligues ont proposé de bons projets, s’inscrivant parfaitement dans le Projet Sportif Fédéral. D’autres ont éprouvé des difficultés à présenter leur(s) projet(s) ou ont peu appréhendé le changement de politique de subventionnement entre les dispositifs déployés par l’ex CNDS et ceux de la FFME directement liés à la mise en œuvre des Projets Sportifs Fédéraux : l’impératif de la signature de contrat club, la qualité de certains projets n’ont donc pas été au rendez-vous. Une évaluation de l’efficacité et l’efficience de ces subventionnements au regard des objectifs fixés sera mise en œuvre dans les premiers mois de 2020.
  • Enfin des bilans seront réalisés dans les mois à venir afin de permettre de mieux préparer les organismes au déploiement de la campagne PSF 2020 et pour améliorer la cohérence des projets.

 


 

 

 

paris, le 20 septembre 2019


 

Cher(e) représent(e) de club, de comité territorial ou de ligue de la FFME

La commission Projets Sportifs Fédéraux FFME, réunie le 6 juillet dernier, a attribué 579 700 € de subvention sur une demande totale de 1 461 597 €, soit l’ensemble du montant octroyé à la fédération par l’Agence Nationale du Sport pour l’année 2019. 

Chacun des organismes FFME dotés pour l’année 2019 a déjà été informé à l’issue de la réunion de la commission du montant et des modalités selon laquelle a été effectuée la dotation. Dans un souci de transparence et afin de vous permettre de préparer d’ores et déjà vos projets 2020, vous trouverez via ces liens la liste des montants attribués aux clubs, comités et ligues dans le cadre du PSF 2019 ainsi qu’un rappel des grands principes d’attribution. 

Pour rappel, la commission PSF est composée de membres représentant tous les niveaux de la fédération : du niveau national (Président, secrétaire général, trésorier et 2 vice-présidents), des ligues (2 membres), des comités territoriaux (2 membres), des clubs (4 membres), un représentant des territoires ultramarins. Le président de la commission d’éthique de la fédération a été intégré à la commission PSF.

Quels grands principes ont guidé les travaux de la commission PSF ?

Que retient la commission PSF de cette première année de fonctionnement ?

Toute demande d’informations complémentaires est à effectuer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.